Chefchaouen

Le cyclotourisme en temps de pandémie

Depuis le début mars 2020 nous sommes témoins et acteurs d’un événement ‘historique’ ressemblant à un mauvais rêve qui n’en finit plus comme le film « Le jour de la marmotte » avec Bill Murray. Nous sommes tous limités dans nos comportements avec le sentiment que c’est en dehors de notre contrôle! L’économie a été mise en pause et de façon surprenante, la santé à pris la priorité en politique. On dirait une formidable expérience de contrôle social, sous couvert d’urgence médicale. Il est étonnant à quel point les gouvernements ont pris des mesures exceptionnelles rapidement et avec une quasi absence de résistance de leur citoyen. On est habitué à ça dans les pays autoritaires comme la Chine ou l’Arabie saoudite mais dans les pays « démocratique », on s’étonne de l’obéissance massive des citoyens. Le taux d’approbation du premier ministre au Québec avoisine celui des pays totalitaires. Même le premier ministre de l’Ontario s’est transformé en héros populaire prenant le règne de la lutte au coronavirus avec l’apparence d’un bon papa au lieu de l’autocrate auquel on se serait attendu. Il semble y avoir un besoin de ralliement des gens vis-à-vis leurs dirigeants en temps de crise, à quelques exceptions. Le retour à la normale ne semble pas être possible sans un vaccin contre le coronavirus SRAS-CoV-2. En même temps, les mouvements anti-vaccin n’ont jamais été aussi actif!

La raison principale pour laquelle j’ai pris ma retraite en 2019 était de me permettre de voyager en vélo et de profiter du fait de ne plus avoir un horaire fixe et immuable. Je voulais prendre mon temps, être en mesure de renouveler ma réservation dans un endroit qui me plaît, faire des détours, changer d’idée à volonté, arrêter plus tôt ou continuer plus loin. J’ai fait un voyage extraordinaire de 89 jours en Europe de mai à juillet 2019 avec beaucoup de distance mais je n’ai pas vraiment pris mon temps et je regrette de ne pas avoir passé plus de temps à certains endroits. A mon retour, j’ai retourné travailler pour quelques mois, pour renflouer mon compte de banque et en 2020 je voulais reprendre la route et faire ma première incursion en Afrique.

Au début mars, j’ai pris l’avion pour Malaga et je voulais visiter le sud de l’Espagne avant de me diriger vers l’Afrique. Finalement, j’ai passé moins d’une semaine en Espagne et j’ai rapidement pris un traversier de Algésiras à Ceuta pour me rendre au Maroc. J’ai eu le temps de faire deux destinations majeures, Tétouan et Chefchaouen. C’est à Chefchaouen que le début de la pandémie est venu chambouler mes plans et forcer mon retour à la maison. On cherche tous à comprendre comment reprendre la vie « normale » et plusieurs domaines d’activités développent des plans pour respecter les directives des organisations de santé. L’industrie du voyage subit les effets des mesures pour arrêter la pandémie J’ai peine à imaginer comment le vélotourisme pourra se relever même si la majorité de cette activité implique très peu de contact. D’un autre côté, la raison d’être du cyclotourisme est de découvrir des nouveaux contacts et par sa nature même, il faut être ouvert à l’improvisation et à la découverte. Se tenir à une discipline de distanciation collective ….

Un album avec 6 photos premier type de gallerie

Test Piwigo de trois photos

https://marcgauthier.piwigo.com/index?/category/6-mur_legal&ato_theme=smartpocket

Album de photo Flickr

Essai d’un album Piwigo avec Piwigopress

http://piwigo.org/demo/index.php?/category/974

http://piwigo.org/demo/index.php?/category/102

http://piwigo.org/demo/picture.php?/2590/category/102

http://piwigo.org/demo/picture.php?/1358/category/110


Deuxième test

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seventeen + 8 =